Diabète

Mieux vivre avec son diabète

Le diabète est le mal du siècle.

De nos jours, 425 millions de personnes dans le monde sont atteintes du diabète.

En 2045, ce sont presque 630 millions de sujets qui devront vivre avec cette maladie.

Le Maroc n’est pas épargné par ce fléau : presque une personne sur dix est diabétique.

Lire Plus
Mieux vivre avec son diabète

Le diabète est le mal du siècle.

De nos jours, 425 millions de personnes dans le monde sont atteintes du diabète.

En 2045, ce sont presque 630 millions de sujets qui devront vivre avec cette maladie.

Le Maroc n’est pas épargné par ce fléau : presque une personne sur dix est diabétique.

Le dépistage précoce surtout des personnes à risque, la sensibilisation du grand public et la promotion d’un mode de vie meilleur sont des enjeux essentiels pour la diminution de l’incidence de cette maladie et l’amélioration de sa prise en charge.

Une prise en charge centrée sur la personne qui visera avant tout à accompagner le malade afin qu’il puisse mieux vivre avec sa maladie et mieux la gérer.

Le diabète apparaissant malheureusement de plus en plus tôt dans l’âge et touchant de plus en plus de personnes, nous ne pouvons tolérer de laisser ces malades seuls face à leur maladie.

C’est tout l’intérêt du suivi que nous proposons aux diabétiques : jeunes, adultes, anciennement ou nouvellement diagnostiqués soient-ils.

Quel est votre profil ?

Vous êtes un diabétique de type 1

Le diabète de type 1 est un diabète qui qui touche essentiellement le sujet jeune.

Il peut se voir à différents âges : de la naissance jusqu’à 30 ans en général.

Il est dû à une atteinte du pancréas qui n’arrive plus à secréter une hormone qui fait baisser le taux de sucre dans le sang appelée insuline.

Lire Plus
Vous êtes un diabétique de type 1

Le diabète de type 1 est un diabète qui qui touche essentiellement le sujet jeune.

Il peut se voir à différents âges : de la naissance jusqu’à 30 ans en général.

Il est dû à une atteinte du pancréas qui n’arrive plus à secréter une hormone qui fait baisser le taux de sucre dans le sang appelée insuline.

L’enfant se met à trop : boire, uriner, manger et maigrir.

Ce dernier doit être pris en charge en urgence le plus tôt possible afin de réduire le risque de complications entre autre d’acidocétose diabétique.

L’accompagnement que nous proposons est complet, il vise à :

  • Instaurer le traitement adéquat afin de mieux contrôler le taux de sucre dans le sang
  • Gérer au mieux ses choix alimentaires
  • Maitriser les outils permettant d’adapter les doses du traitement en cas d’écarts alimentaires ou de pratique d’une activité physique
  • Contrôler au mieux les hypoglycémies
  • Apprendre à faire son contrôle glycémique à domicile.

Vous êtes un diabétique de type 2

Le diabète de type 2 est un diabète qui se déclenche surtout après la trentaine.

Il est fortement lié au mode de vie : la sédentarité et le surpoids sont ses principaux facteurs de risque.

Ce diabète à la différence du diabète de type 1 ne se manifeste dans la plupart des cas par aucun signe au tout début.

Lire Plus
Vous êtes un diabétique de type 2

Le diabète de type 2 est un diabète qui se déclenche surtout après la trentaine.

Il est fortement lié au mode de vie : la sédentarité et le surpoids sont ses principaux facteurs de risque.

Ce diabète à la différence du diabète de type 1 ne se manifeste dans la plupart des cas par aucun signe au tout début.

D’où l’intérêt du dépistage surtout des personnes à risques.

L’accompagnement que nous proposons vise à :

  • Instaurer le traitement adéquat afin de mieux contrôler le taux de sucre dans le sang
  • Gérer au mieux ses choix alimentaires
  • Contrôler au mieux les hypoglycémies
  • Apprendre à faire son contrôle glycémique à domicile.

Vous avez découvert un diabète lors de votre grossesse

Ce diabète est appelé diabète gestationnel.

Ce dernier peut se déclencher à tout moment même si le risque le plus élevé est situé entre la 24ème et la 26ème semaine de grossesse.

D’où l’intérêt du suivi de la grossesse et du dépistage du diabète.

Lire Plus
Vous avez découvert un diabète lors de votre grossesse

Ce diabète est appelé diabète gestationnel.

Ce dernier peut se déclencher à tout moment même si le risque le plus élevé est situé entre la 24ème et la 26ème semaine de grossesse.

D’où l’intérêt du suivi de la grossesse et du dépistage du diabète.

Mal équilibré, il expose le fœtus et la mère à des complications.

En fonction de l’importance de l’élévation des taux de sucre dans le sang, certaines femmes n’auront besoin que d’une meilleure hygiène alimentaire alors que d’autres auront recours à l’insuline.

L’accompagnement que nous proposons va permettre de mieux gérer son diabète gestationnel tant sur le plan thérapeutique qu’alimentaire afin de limiter au maximum les risques de complications fœtales ou lors de l'accouchement.

La charte du diabétique

Le diabète et la santé

Le diabète est une maladie silencieuse pouvant évoluer dans le temps et altérer principalement les yeux, le cœur, les reins et le système nerveux.

Aujourd’hui, il est établi que plus le diabète est mal équilibré plus le risque de développer ces complications augmente. De même plus le diabète est contrôlé plus ce risque diminue.

D’ailleurs, le diabète est la première cause de la perte de la vue après 50 ans.

Lire Plus
Le diabète et la santé

Le diabète est une maladie silencieuse pouvant évoluer dans le temps et altérer principalement les yeux, le cœur, les reins et le système nerveux.

Aujourd’hui, il est établi que plus le diabète est mal équilibré plus le risque de développer ces complications augmente. De même plus le diabète est contrôlé plus ce risque diminue.

D’ailleurs, le diabète est la première cause de la perte de la vue après 50 ans.

Un sujet diabétique a 2 fois plus de risques de faire un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral qu’un sujet non diabétique.

C’est aussi la première cause d’insuffisance rénale terminale et d’amputation non traumatique des membres inférieurs.

Seul le suivi régulier permet d’atteindre et de maintenir un bon équilibre du diabète.

Le diabète et le sommeil

Le sommeil est un besoin vital.

Sa régulation fait intervenir de nombreux paramètres principalement les sécrétions hormonales, la température du corps et la lumière du jour.

Chaque paramètre a une organisation propre à lui, de jour comme de nuit, qui va subir des perturbations dès que les horaires de sommeil seront modifiés

Lire Plus
Le diabète et le sommeil

Le sommeil est un besoin vital.

Sa régulation fait intervenir de nombreux paramètres principalement les sécrétions hormonales, la température du corps et la lumière du jour.

Chaque paramètre a une organisation propre à lui, de jour comme de nuit, qui va subir des perturbations dès que les horaires de sommeil seront modifiés

Prenons l’exemple de l’insuline, une hormone secrétée par le pancréas pour faire baisser le taux de sucre dans le sang.

La quantité d’insuline secrétée chez une personne qui fait une mauvaise nuit de sommeil est plus importante que celle d’une personne qui fait une bonne nuit de sommeil.

C’est comme si le corps avait besoin de déployer plus de moyens pour contrôler son taux de sucre dans le sang.

Cette difficulté rencontrée par l’insuline est appelée insulino-résistance et est à la base du diabète de type 2.

Elle se retrouve alors majorée chez les travailleurs de nuit, les personnes souffrant de troubles du sommeil et ceux dont la durée de sommeil ne dépasse pas les six heures par nuit.

Mal dormir exposerait finalement au diabète et pourrait même l’aggraver.

Le diabète et l’alimentation

Pour de nombreuses personnes le diabète rime avec le régime alimentaire stricte et la privation.

Certains patients se sentant incapable de résister à la gourmandise et à la tentation, feront même le choix regrettable de continuer à céder à leurs envies.

Sont-ils vraiment conscients des préjudices qu’ils portent à leur santé ?

Lire Plus
Le diabète et l’alimentation

Pour de nombreuses personnes le diabète rime avec le régime alimentaire stricte et la privation.

Certains patients se sentant incapable de résister à la gourmandise et à la tentation, feront même le choix regrettable de continuer à céder à leurs envies.

Sont-ils vraiment conscients des préjudices qu’ils portent à leur santé ?

Pire encore, d’autres choisiront d’éviter de voir le médecin diabétologue pour ne pas avoir à parler d’alimentation !

Font ils le bon choix ? personnellement je ne le pense pas même si je mesure cette lassitude ressentie.

L’arrivée du diabète est connue pour avoir le pouvoir de bouleverser la vie du sujet.

C’est tout l’intérêt du bon accompagnement.

Aujourd’hui, la stratégie de prise en charge du patient diabétique a beaucoup évolué.

Les régimes trop restrictifs et les privations draconiennes connus par leurs échecs ont disparu pour laisser place à une meilleure gestion alimentaire apportant plus de flexibilité dans les choix alimentaires.

De cette manière aucun aliment n’est diabolisé !

Tous les aliments même sucrés ont leur place chez le diabétique à condition de savoir les intégrer dans son alimentation et de respecter les équivalences glucidiques.

En consultation, nous accordons suffisamment de temps à la nutrition pour permettre au patient de mieux gérer son alimentation à domicile.

Le diabète et ramadan

Chaque année, les musulmans du monde accomplissent un mois de jeûne.

Ils s’abstiennent alors de manger et de boire du lever du jour jusqu’à la tombée de la nuit.

A l’approche de ce mois, une seule demande est formulée par quasiment tous les diabétiques « docteur, vais-je pouvoir jeûner cette année » ? 

Lire Plus
Le diabète et ramadan

Chaque année, les musulmans du monde accomplissent un mois de jeûne.

Ils s’abstiennent alors de manger et de boire du lever du jour jusqu’à la tombée de la nuit.

A l’approche de ce mois, une seule demande est formulée par quasiment tous les diabétiques « docteur, vais-je pouvoir jeûner cette année » ?  

Le diabète est une maladie aux complications graves et aux traitements assez complexes, Il est illusoire de penser que la règle est générale et valable pour tous !

Chaque patient est un cas à part !

Seul le médecin est capable d’observer son état de santé et d’évaluer les risques encourus. Ceci sous-entend que ce dernier consulte régulièrement son médecin.

Malheureusement, nombreux sont les diabétiques qui consultent une fois par an, la veille du mois de ramadan.

Ces derniers aux diabètes très mal équilibrés ne pourront jeûner pour la plupart !

Cette consultation de dernière minute n’aura servi à rien du tout.

Ces sujets auraient dû s’y prendre plus tôt, c’est à dire au moins trois mois avant l’arrivée du mois sacré pour mieux contrôler leurs diabètes.    

Loading...
Facebook Messenger for Wordpress